Allée des huissiers

Origine de cette artère unique au monde
La création de «L'ALLÉE DES HUISSIERS»: Elle fût inaugurée le 16 juillet 1985 à l’occasion du premier congrès de l'UNION INTERNATIONALE DES HUISSIERS DE JUSTICE ET OFFICIERS JUDICIAIRES (UIHJ) à se tenir en terre d’Amérique où LA CHAMBRE DES HUISSIERS DE JUSTICE DU QUÉBEC recevait leurs homologues du monde entier. L'Allée devint ainsi la seule artère publique et unique au monde entièrement dédiée aux officiers ministériels et publics que sont les huissiers de justice. 


Son origine:

En juillet 1672, François Dollier de Casson, supérieur du Séminaire de Saint-Sulpice, refait la trame urbaine de Montréal alors appelée Ville-Marie. La rue Saint-Gabriel est tracée par ce dernier afin de relier la rue Saint-Paul à la rue Saint-Jacques. Son nom serait associé au Sulpicien Gabriel Souart, premier curé de Ville-Marie et propriétaire de la terre adjacente à la rue. Une des portes de l'enceinte de bois qui entoure la ville à partir de 1686 s'ouvre sur la rue Saint-Gabriel mais lors de la construction des murailles de pierres, la principale porte du côté nord de la ville est alignée sur la rue Saint-Laurent. Après la démolition des fortifications au début du XIXe siècle, la rue Saint-Gabriel est prolongée jusqu'à la rue Saint-Antoine.

Au XIXe siècle, c'est la rue des politiciens, avocats, notaires, officiers de justice et journalistes. En effet, en plus de la proximité du palais de justice et de l' Hôtel de Ville, plusieurs journaux s'installent sur la rue Saint-Gabriel (l'Union Nationale, l'Ordre, l'Écho du Cabinet paroissial, le Montreal Herald, La Patrie, etc.). Fréquentés par de nombreux professionnels, les restaurants de la rue Saint-Gabriel sont les plus renommés aux alentours de l'Hôtel de Ville. Mesurant 18 pieds français de largeur (5,85 mètres) comme les autres rues transversales tracées en 1672, la rue Saint-Gabriel sera plus tard élargie à environ 8 mètres. Le tronçon situé au nord de la rue Notre-Dame sera cependant fermé en 1964 en vue de la construction du palais de justice actuel de 1965 à 1971. L'actuelle «Allée des Huissiers», qui longe le nouveau palais de justice, rappelle l'emplacement exact de ce tronçon. En longeant l'Allée des huissiers, nous pouvons apercevoir une partie des vestiges du mur des fortifications qui remonte à cette époque de la «Nouvelle France».

La naissance de «l'Allée des huissiers»: 

C'est en 1982 au congrès de Berlin (Allemagne) qu'est décidé de tenir un premier congrès de l'UIHJ en terre d'Amérique devant se tenir à Montréal en juillet 1985. Le nouveau président de l'UIHJ Maître Francis Aribaut succède alors à feu Me Jean Bollet et organise dès 1983 un comité organisateur appelé le: COCI (Le comité organisateur du congrès international).

Ce dernier a pour mission de préparer les assises de cet historique congrès. Plusieurs rencontres ont lieu à divers endroits tant en France qu'au Québec pour structurer toutes les facettes reliées à la logistique d'une telle manifestation, une première dans les annales de l'UIHJ hors le continent Européen.

Notre confrère André Mathieu qui était présent au congrès de Berlin (Allemagne) et qui parcourt la France depuis 1968 est très intéressé de s'y impliquer comme membre puisqu'il y travaille déjà parallèlement avec son collègue Me Michel Delattre un huissier Parisiens qui avait pour mission le développement de l'acte de constat au Québec particulièrement en préparation du congrès de Montréal.  Il est intéressant de noter que le confrère Mathieu pratiquant déjà cet acte au Québec depuis ses formations en France vit naître dès 1989 avec les huissiers de l'époque un texte législatif à cet effet précisément quatre (4) ans après cet important congrès. Parallèlement à ses travaux, André Mathieu s'était attablé à chercher et à vouloir découvrir ses ancêtres de justice dans les archives nationales pour y éditer un volume à l'occasion de ce congrès de 1985. Cet ouvrage fût gracieusement remis à tous les congressistes. C'est donc à l'intérieur de ce comité que André Mathieu eu l'idée originale et novatrice de proposer d'inaugurer une telle artère au Palais de justice de Montréal.

Comme ce dernier empruntait régulièrement l'endroit pour se rendre au greffe du tribunal, il s'était aperçu que l'ancienne côte Saint-Gabriel qui avait été remblayée lors de la construction du nouveau palais ne portait aucun nom. Se rappelant également un voyage en France où il trouva une rue à Neuilly-sur-Seine portant le nom étymologique de «rue des huissiers» que vint en lui cette heureuse idée. Il y découvrit alors que cette rue de Neuilly existait en l'honneur de l'établissement des maisons des «maîtres menuisiers et charpentiers» qui y fabriquaient jadis tout particulièrement des portes et boiseries. Il ne s'agissait donc aucunement des huissiers dits «de justice». Il faut savoir pour le profane que le terme «huis» est intimement lié aux huissiers car se sont eux qui autrefois faisaient notamment office de la garde des portes du roi et des magistrats. Le terme «huis clos» origine également directement du terme «huisserie» qui désigne le pourtour des portes d'où origine le nom : «d'huissier». Une fois l'idée lancée, il demanda alors à son confrère Gilles Boisvert de s'adjoindre à lui pour y oeuvrer. Des croquis et des demandes dans ce sens furent rapidement faits aux divers paliers de gouvernements. Finalement et dans un temps record, le Ministère des travaux publics du Québec nous en donna l’aval car cette artère (la partie ancienne de la côte St-Gabriel est située sur son terrain qui est de facto le Palais de Justice). Ensuite, la Commission de Toponymie du Québec et la Ville de Montréal par leurs comités toponymiques respectifs accédèrent à notre demande d’appellation pour notre choix de :«l’Allée des Huissiers».  Cette merveilleuse et originale idée fait maintenant partie intégrante du palais de justice de Montréal, un endroit unique au monde. Les huissiers et confrères qui siégeaient alors au comité en furent tous heureux et agréablement surpris de sa rapidité décisionnelle et de son exécution en termes de réalisation et des multiples idées développées pour son inauguration !

L'inauguration de l’Allée en ce 16 juillet 1985 fût ainsi faite en présence des hautes autorités judiciaires du Québec et de plusieurs dignitaires du monde juridique, ecclésiastique et municipal. Pour un rappel à la Colonie française et à son établissement, précisons que le régiment complet de la Compagnie de la Franche Marine y participa avec le concours tout spécial de la Tribu des Abénakis qui procéda sur la Place d'Armes à adouber Maître Aribaut à titre de chef honoraire de cette tribu qui marqua notre histoire. Il est intéressant de noter que le peuple Abénakis est une nation qui possède en son musée la plus importante collection d'archives coloniales et de traités entre les Français et ce peuple autochtone établi en territoire Odanak ici au Québec.

Une anecdote toute particulière qui a le mérite d’être signalée:

Lors de cette introduction avant l’inauguration officielle au Palais de justice, la Tribu indienne Odanak débuta par une danse indienne festive sur la Place d’Armes face à l’église Notre-Dame de Montréal.  Cette danse amérindienne typique qui aide aux récoltes était nommée: «la danse de la pluie».  Hors, de gros nuages survolèrent la Place d’Armes et un orage soudain s’abattit sur les congressistes tous éberlués !  Toutes les personnes présentes n’en revinrent pas que cette danse avait pu produire ces effets si instantanément !  Plusieurs personnes se réfugièrent rapidement sur le parvis de la Basilique Notre-Dame toute proche. Heureusement, cette pluie fût de très courte durée, une anecdote assez particulière que tous les congressistes présents se rappellent de reprendre lors de rencontres encore même après plusieurs années qui suivirent ce splendide congrès de 1985.  Par la suite, après ce grandiose spectacle public, incluant l’introduction aux coutumes indiennes par la prise du «Calumet de paix» par les huissiers Aribaut, Mathieu et Boisvert, suivit par «l’adoubement du président Aribaut à titre de chef honoraire de la tribu des Abénakis».


La «criée Royale»:

Après cet adoubement, François la Bernade, Sieur de Laprairie, premier instituteur royal de la première école privée de Ville-Marie (1683) et huissier royal sous le régime Français, alors personnifié par le confrère Victorien Bourdages lequel procéda à haute et intelligible voix à la «criée royale» invitant tous les citoyens, citoyennes à le suivre accompagné par la Compagnie de la Franche Marine pour cette fastueuse inauguration.

C’est alors que tous les congressistes, dignitaires et des délégations invitées se déplacèrent vers le Palais de justice où sous la direction de Mgr Fernand Lecavalier, curé de la Basilique Notre-Dame de Montréal, accompagné de son vicaire et d’une dizaine d‘enfants de chœur parés de leur soutane rouge furent précédés par le Régiment complet de la Franche Marine.  Ce régiment ancestral reconstitué est à l’identique de la Compagnie de soldats français de l’époque coloniale. Ils défilèrent ainsi en procession sur la rue Notre Dame en direction du Palais de Justice situé à proximité avec l’accompagnement des tambourins du roy qui ouvraient la marche.  Après plusieurs salves de tirs d’hommages à l’événement par le Régiment de la Franche Marine et de la bénédiction de cette nouvelle et majestueuse artère de Montréal, il fût procédé à la naissance officielle de cette dernière alors inaugurée par l’ouverture d’une plaquette murale et de la coupure du ruban d’honneur par le Président Francis Aribaut devant plusieurs hauts dignitaires et personnalités ecclésiastiques et judiciaires et d’une foule d’invités.  Ainsi fût officialisé et inauguré en ce 16 juillet 1985 cette magnifique «ALLÉE DES HUISSIERS» par Maître Francis Aribaut alors président de l'UNION INTERNATIONALE DES HUISSIERS DE JUSTICE ET OFFICIERS JUDICIAIRES (UIHJ) en souvenir des premiers huissiers coloniaux établis en Nouvelle France et du premier congrès Internationale de l’UIHJ en terre d’Amérique.

Une seconde inauguration… 

«L’Allée des huissiers» fait peau neuve:

C’est le 3 novembre 2003, que la Chambre des huissiers de justice du Québec en présence des autorités judiciaires du Québec, de la Ville de Montréal, d’huissiers de justice invités lesquels participèrent à un renouveau de cette Allée en inaugurant une seconde fois un autre chapitre de cette artère judiciaire, par l’ajout de l’oeuvre d’art «Signatures».  Une oeuvre d’art signée de la réputée artiste Montréalaise Marie-France Brière.  L’artiste s’inspira donc de l’ouvrage de l’huissier de justice André Mathieu pour créer cette oeuvre d’art toute spéciale qui orne désormais l’entrée de la porte Est du nouveau Palais de justice de Montréal.

Le dévoilement de l'oeuvre d'art signée de l'artiste Marie-France Brière fît donc le lien entre nos ancêtres huissiers ayant pratiqués lors de l’établissement de la Colonie Française et notre monde contemporain par l’ajout d’un mobilier urbain moderne et de cette oeuvre qui en fait le lien. Ce monument composé de trois livres de marbre est donc précisément située au centre de «l’Allée des huissiers» à l'entrée du Palais côté Est et représente les «signatures» calquées de trois huissiers coloniaux. Le premier huissier de Ville-Marie et du Canada Jean de St-Père, les huissiers Michel Le Pailleur et Jean-Baptiste Decoste en furent les dignes représentants de cette époque par leur «signatures respectives» ainsi gravées à tout jamais dans les livres de marbre qui longent désormais la célèbre Allée.  Notons que le président Aribaut et son épouse Mercedès Aribaut revinrent en 2009 revoir ensemble la nouvelle artère devenue depuis très populaire par les usagers du secteur du Palais de Justice.  L’inauguration de l’Allée fût un moment tout particulier et fort émotif dans la carrière de Me Aribaut.

Aujourd’hui, LA CHAMBRE DES HUISSIERS DE JUSTICE DU QUÉBEC est fière d’avoir participé à l’évolution de cette artère de Montréal, rappelant que c’est la seule place publique au monde désignant nommément «les huissiers de justice» en leur qualité respective d’officier judiciaire ministériel et public !

La plaquette d’inauguration publique - (Rue Notre Dame Est à Montréal):



Texte et recherches©: André Mathieu, huissier de justice retraité et membre honoraire de l’Union Internationale des Huissiers de Justice (UIHJ) et créateur de «l’Allée des huissiers».